11/03/2024

Chemin de vie dévié

Un chemin de vie dévié se réfère à une situation où une personne s'éloigne de sa destinée.

Pour plusieurs raisons, telles que des problèmes personnels, des choix difficiles ou des circonstances imprévues (chocs) notre parcours semble alors dévier de notre chemin de vie.

Lorsque que quelqu'un fait face à un chemin de vie dévié, il peut ressentir de l‘incertitude, du regret et parfois même une certaine confusion mentale pouvant aller jusqu’à la folle décompensation.

Il est, cependant, bon de se rappeler que personne n'a un parcours de vie parfait et que les détours et les épreuves peuvent mener à de nouvelles opportunités et à une croissance personnelle.

Pour aider à réaligner un chemin de vie dévié, il peut être utile de prendre le temps de réfléchir à la situation et à ce qui a conduit à un tel écart. Identifier les facteurs qui ont contribué à cette déviation et définir alors nos valeurs, nos passions, nos aspirations et nos objectifs.

Parfois la confusion est telle qu’il est bénéfique de chercher le soutien d'amis, de membres de la famille ou même d'un thérapeute (pas forcement un psychiatre). Ils pourront apporter une aide moral, des conseils pratiques et des perspectives différentes.

En fonction de nos réflexions, définir de nouveaux objectifs qui correspondent à notre vision et à l'inflexion souhaitée. Être réaliste dans nos objectifs, et établir un plan d'action pour les atteindre même si cela signifie sortir de notre zone de confort et surmonter les obstacles dus au changement.

Apprendre de nos erreurs : Les détours et les échecs font partie de la vie. Les Utiliser comme des occasions d'apprentissage et de croissance pour avancer de manière plus épanouissante.

Redresser un chemin de vie dévié peut prendre du temps et ne se fera pas du jour au lendemain.

Soyons patient avec nous-même et persévérons dans nos efforts, même si nous rencontrons des revers. Continuons à nous rappeler notre vision et nos objectifs, et restons concentré sur notre parcours de réalignement. Gardons à l'esprit que chaque expérience de vie est unique et que la façon dont nous choisissons de réagir face à un chemin de vie non désiré dépendra des circonstances (aléas) et de nos propres aspirations. Faisons preuve de patience, d'ouverture d'esprit et de résilience.

Rappelons-nous que nous avons le pouvoir de redéfinir et de poursuivre notre propre vie. N'oublions pas, non plus, qu'elle est en constante évolution, et qu’il est normal d’en ressentir des déviations de cap. Ce qui importe, c'est notre capacité à nous adapter, à apprendre et à grandir à partir de nos expériences pour trouver le nouveau chemin qui nous convient.

 

 

 

04/11/2023

Persona (non grata ?)

Combien de persona* pour découvrir notre Dieu intérieur ? Combien de rôles à jouer ? 
Adhésion puis répulsion : Comment se débrouiller avec ça pour être enfin soi-même ?
               

* persona vient du latin (du verbe personare, per-sonare : parler à travers) où il désignait le masque que portaient les acteurs de théâtre. Ce masque avait pour fonction à la fois de donner à l'acteur l'apparence du personnage qu'il interprétait, mais aussi de permettre à sa voix de porter suffisamment loin pour être audible des spectateurs.

Dans sa psychologie analytique, Carl Gustav Jung a repris ce mot pour désigner la part de la personnalité qui organise le rapport de l'individu à la société, la façon dont chacun doit plus ou moins se couler dans un personnage socialement prédéfini afin de tenir son rôle social. Le moi peut facilement s'identifier à la persona, conduisant l'individu à se prendre pour celui qu'il est aux yeux des autres et à ne plus savoir qui il est réellement. Dans ce cas, la persona de Jung est proche du concept de faux self de Donald W. Winnicott. Il faut donc comprendre la persona comme un « masque social », une image, créée par le moi, qui peut finir par usurper l'identité réelle de l'individu.

22/09/2023

Septembre 2023 - Nouvelle hospitalisation

Le vendredi 22 septembre 2023, peut-être à cause d'une consommation excessive de cannabis et la diminution trop rapide de mon médicament (Abilify), je me retrouve dans une nouvelle phase délirante. 

Je ne sais pas par quel miracle ma femme et mon fils me retrouvent en train de errer dans les rues de Grenoble. J'ai 

J'ai été amené aux urgences générales du CHU Grenoble-Michalon.
Mon séjour y fut horrible. 
Parce que la médecine française est très esquintée, je n'ai pas été pris en charge correctement : J'ai traîné dans le service des urgences en pyjama, sans chaussure, piétinant dans le sang et parfois l'urine des autres patients, dormant sur un brancard au milieu des plaintes et des gémissements des personnes en détresse  pendant 13 jours. J'ai aussi dû me débrouiller pour laver mon seul caleçon et mes chaussettes vite sales car je n'ai pas de chaussures pour aller dehors fumer les cigarettes que je tapais à d'autres patients ou à des accompagnants.  
Par chance les journées étaient belles et je faisais sécher  ces maigres effets au soleil. 
Avoir un rasoir était compliqué et il n'y avait que 2 WC pour la centaine de personnes en attente de transfert dans d'autres services. 
Les repas n'étaient que des club sandwichs (Thon, Poulet ou Jambon qui au bout d'un moment, avaient tous le même goût).  

Finalement, mon état psychique n'étant pourtant pas si mauvais que cela. (J'ai bien eu le temps de redescendre), les soignants (peu rompus à la psychiatrie) ont décidé d'un placement sous contrainte au CHAI (Centre Hospitalier Alpes Isère) de Saint-Egrève. Je suis donc resté en déshérence aux urgences adultes pendant presque 13 jours avant d'accéder au service APEX du CHAI qui m'a libéré 15 jours plus tard.


Je ne serai transféré que le 4 octobre (donc 13 jours plus tard) au CHAI dans le service APEX qui pratique le tri entre les différentes pathologies psychiatriques. 

Là, tout sera bien différent : Nous ne sommes qu'une petite vingtaine de patients et l'équipe est très  dévouée et avenante. Le psychiatre du service, le Dr  Nabil Baali est un bon gars et nous arrivons bien à nous accorder. Je sortirai de l'hôpital le 19 octobre après quelques permissions tests mais je dois avoir une injection d'Abilify maintena 300 mg tous les 28 jours. 

31/08/2023

Psychiatrie blanche / psychiatrie noire

 Existe-il deux sortes de psychiatrie ?

  • Une psychiatrie blanche : Vous y allez parce que vous ne vous sentez pas bien (Admission volontaire).
  • Une psychiatrie noire : Vous y allez parce qu'on ne vous sent pas bien ou parce qu'on ne peut plus vous sentir. (Hospitalisation à la demande d'un tiers - Hospitalisation d'office). 

    La première soigne. La deuxième incarcère. 

31/07/2023

Privation de libertés


Parfois, quand je raconte ce que j'ai vu et vécu en psychiatrie, on me traite d'affabulateur, de gros mytho ou, bien-sûr, de vieux fou.  
Non, vous n'êtes pas obligés de me croire mais si les parents savaient ce qu'il s'y passe, jamais ils ne mettraient  leurs gosses dans ces endroits  de non droit, ces endroits de terreurs et de souffrance que sont les hôpitaux psychiatriques.
Toutes les personnes ayant connu l'HP et la prison que j'ai pues rencontrer sont unanimes : Toutes, absolument toutes,  préfèrent un séjour en prison plutôt qu'en HP.